La carte d’Urbano Monte (1587)

#cartes_historiques #projections

16 avril 2018

 

La carte d’Urbano Monte est l’un des premiers, et certainement l’un des plus extraordinaires, planisphères de l’histoire. Dessinée à la main, en 1587, elle forme un Atlas de 60 feuilles, dont seuls deux exemplaires existent au monde.

La collection de cartes David Rumsey de l’université de Stanford (Californie), vient de numériser l’atlas d’Urbano Monte, rédigé en 1587 à Milan. Comme 85 000 autres documents de cette collection, cette carte historique est désormais disponible sur son site Internet sous forme de fichiers d’une très grande qualité (définition et couleurs).

Nous vous proposons de la découvrir ci-dessous, en choisissant dans le menu la projection qui vous sied, et, avec la souris, l’angle de vue.

 

Comme l’indique le commentaire sur le site :

La carte de Monte nous rappelle pourquoi les cartes historiques sont si importantes en tant que ressources primaires : la projection azimutale polaire nord de son planisphère emploie les idées scientifiques avancées de son époque ; l’art du dessin et de la décoration de la carte incarne le design au plus haut niveau ; et la vue du monde nous donne alors une ressource historique profonde avec la liste des lieux, la forme des espaces et le commentaire entrelacé dans la carte. La science, l’art et l’histoire dans un seul document. »

En recollant (numériquement) les pages de l’Atlas, qui forment autant de fragments, la carte d’Urbano Monte peut enfin être vue comme une seule grande image, ainsi que son auteur l’avait explicitement conçue, il y a 431 ans.

Jusqu’à présent, la carte manuscrite de Monte était considérée comme une série de 60 feuilles individuelles. La seule version assemblée est la petite feuille de clé d’une seule page de la série. Maintenant que nous avons joint les 60 feuilles numériquement (accompli avec beaucoup d’habileté par Brandon Rumsey), nous pouvons apprécier d’une nouvelle façon l’accomplissement extraordinaire que Monte a fait. La carte assemblée, d’un peu plus de 10 pieds (3,30m) de diamètre, est l’une des plus grandes cartes du monde — si ce n’est la plus grande — réalisées au XVIe siècle. Le degré de détail et de décoration est époustouflant et l’ensemble de la production est certainement unique dans l’histoire de la représentation cartographique.

Et de poursuivre :

Monte a créé cette carte pour servir non seulement d’outil géographique, mais aussi pour montrer le climat, les coutumes, la longueur du jour, les distances à l’intérieur des régions — en d’autres termes, pour créer un planisphère scientifique universel. Dans sa dédicace sur la feuille Tavola XL, il précise comment disposer les feuilles du planisphère et indique explicitement que toute la carte devait être collée sur un panneau de bois carré de 5,5 braccia de côté afin qu’elle puisse tourner autour d’un pivot central ou d’une épingle à travers le pôle nord.

(Le braccio est une mesure italienne propre à chaque cité, valant 59,5 cm à Milan : la carte fait 3,30 m de diamètre.)

Pour observer la carte dans tous ses détails, rendez-vous sur le blog de David Rumsey : “Largest Early World Map”.

Enfin, un très intéressant catalogue rédigé par l’historienne Katherine Parker accompagne la carte et entre en détails dans le contexte historique de sa création.

↬ Philippe Rivière.