Petite géographie du palmier à huile

#Palmier_à_huile #Huile_de_palme #Déforestation #Foncier

23 octobre 2018

 

L’atmosphère est moite, les températures oscillent entre 24° et 28°C. Ses longues feuilles épineuses, au port dressé en couronne et retombant, flanquées au sommet d’une tige rugueuse s’étalent sous les cieux lumineux des régions tropicales. On l’apprécie tant pour ses lourds régimes de fruits charnus que partout où les conditions lui sont favorables on le cultive sur des milliers d’hectares. On l’accuse de tous les maux. Voici Elaeis guineensis (Elaeis de Guinée), le palmier à huile.

par Agnès Stienne

On extrait de la pulpe du fruit une substance oléagineuse dont la couleur varie du jaune au rouge selon la variété de la plante et le mode d’extraction, l’huile de palme, utilisée dans les plats préparés, les cosmétiques, les produits d’entretien, les carburants et bien d’autres usages industriels. Du noyau on tire l’huile de palmiste et de la sève le vin de palme.

Le palmier à huile dépasse en tout point les « performances » des autres plantes oléagineuses (oliviers, soja, coco, colza, tournesol, etc) : il bat les records de production à l’hectare et ses usages sont infinis. D’où son infaillible succès. Heureusement, il ne pousse pas partout. Malheureusement il pousse parfaitement bien dans les régions tropicales humides à l’endroit précis où subsistent les forêts primaires.

Originaire d’Afrique de l’Ouest, Elaeis guineensis s’est très bien adapté aux climats indonésien et malaisien où les variétés obtenues par sélections ont colonisé les terres à échelle industrielle.

JPEG - 277.1 ko
Des palmiers à huile plantés sur des millions d’hectares.
Agnès Stienne, 2018.

Depuis les années 1990, c’est de loin en Asie du Sud-Est, sur les sols tourbeux d’Indonésie et de Malaisie, notamment sur les îles de Bornéo et de Sumatra, que les industriels ont jeté leur dévolu et planté par millions le végétal aux fruits d’or, mordant un peu plus chaque année sur la forêt primaire et asséchant les tourbières.

JPEG - 604.1 ko
Le saccage des forêts tropicales.
Agnès Stienne, 2018.

La quantité d’huile de palme extraite entre 1980 et 2014 a été multipliée par 10 ! Le premier importateur d’huile de palme est l’Inde. Puis la Chine.

JPEG - 280.4 ko
Toujours plus d’huile de palme.
Agnès Stienne, 2018.
JPEG - 149.9 ko
Importations d’huile de palme.
Agnès Stienne, 2018.

Aux origines africaines

L’origine africaine du palmier à huile remonte à l’éocène (plus de 20 millions d’années), des pollens ont été retrouvés dans des sédiments de Guinée, du Sénégal et du Nigeria sur une bande côtière longeant l’Océan Atlantique, cette zone que les spécialistes appellent « oil palm belt » s’étirant du Sénégal à l’Angola. Des graines millénaires ont été retrouvées en Ouganda.
Son extension naturelle et semi-naturelle adviendrait à la faveur des incendies de savane ou de forêt par temps de sécheresse prolongée ou de défrichage par le feu, le passage des flammes favorisant la germination de cette plante qui apprécie les espaces entre savane et forêt.

Les explorateurs portugais mentionnent l’existence du palmier à huile dès 1435 selon les auteurs de l’ouvrage très complet sur le palmier à huile à destination des passionné·es, The Oil Palm.

À l’époque de la traite négrière, entre 1562 et 1807, les fruits du palmier à huile étaient récoltés puis embarqués à bord des navires car ils servaient de nourriture aux esclaves. Après 1807, les Anglais abolissent le commerce des esclaves et le remplacent par le commerce de l’huile de palme vers l’Angleterre pour la fabrication de savons, de bougies, de lubrifiants et de margarine. Henderson et Osborne décrivent dans un article comment l’exploitation artisanale du palmier à huile en Afrique de l’Ouest a contribué au développement de l’industrie britannique. Ce commerce augmenta jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale, puis déclina.

Plusieurs tentatives de cultures industrielles de palmiers à huile initiées par des Européens échouèrent, mais à la fin du XXe siècle, un projet soutenu par la France abouti en Côte d’Ivoire.

JPEG - 423.3 ko
Le palmier à huile en Afrique.
Agnès Stienne, 2018.

Pour les communautés africaines où poussent spontanément les palmiers à huile, la plante revêt une valeur culturelle essentielle et partout les femmes y tiennent une place centrale, de la récolte des fruits à la vente de l’huile sur les marchés locaux. Ce sont elles qui, dans la plupart des villages, extraient l’huile de palme et l’huile de palmiste avec des techniques traditionnelles plus ou moins élaborées selon le lieu. Dans tous les cas, cette activité leur assure un minimum de revenus.

Le fruit n’est pas la seule partie de la plante qui présente un intérêt pour les populations et chaque culture en perpétue ses propres usages, rien ne se perd : racine, tige, feuilles, sève, fruits et noyau. Dans l’alimentation bien-sûr (huile, vin), les cosmétiques (pommades, savons, laits et crèmes), les détergents, la pharmacopée (fractures, dermatites, désinfectant, fièvre, maux d’oreilles et d’yeux, variole, empoisonnement), l’artisanat (tapis, matelas, balais, vannerie, éventails, petits objets…), la construction (charpentes, toitures, clôtures), le chauffage.

Les variétés de palmiers à huile sont celles d’origine dite « dura », moins productives que leurs cousines modernes mais leur ombre, plus légère, laisse la lumière atteindre les cultures qui se trouvent en dessous et l’huile obtenue, de bien meilleure qualité, se vend mieux sur les marchés locaux et plus cher.
La dissémination des graines se fait au hasard des déplacements des écureuils, des rats palmistes (très proche de l’écureuil comme son nom ne l’indique pas), des souris, des singes ou des oiseaux qui les rejettent dans la nature après les avoir ingérés. Ou des humains qui laissent échapper des semences lors de la manipulation des fruits.

Encore aujourd’hui, malgré la pression exercée par les multinationales pour industrialiser les palmeraies africaines, la culture du palmier à huile reste largement artisanale. Les plants sont suffisamment espacés entre eux pour que les cultures vivrières y prennent toute la place qui leur ait nécessaire et garantir ainsi des productions agricoles diversifiées. Cependant, l’industrie palmiste est déjà implantée, elle gagne chaque année des milliers d’hectares de terres, soit sur la forêt, soit sur les territoires des communautés rurales.

Selon Grain dans son rapport « Planète huile de palme » , les entreprises déjà en place à l’époque coloniale profitent, dans les années 1990, des ajustements structurels imposés par la Banque mondiale et le FMI pour acquérir les plantations et huileries nationales : la SOCFIN (Vincent Bolloré et Hubert Fabri) au Cameroun, République démocratique du Congo, Guinée, Nigeria ; la SIAT (Ernest Oppenheimer et la famille Vandebeeck) au Gabon, Ghana, Nigeria : la Sipef (Belgique) possède des participations dans des plantations de Côte-d’Ivoire ; Unilever en RDC, Ghana et Côte d’Ivoire.

Après la ruée sur l’Indonésie et la Malaisie, dont le marché des terres propices à la culture industrielle du palmier à huile commence à saturer et souffre, à juste titre, d’une mauvaise réputation en raison de la destruction de la forêt et de l’habitat des derniers orangs-outans, les pays d’Afrique tropicale sont de nouveau visés par l’industrie palmiste. L’ong a recensé 4 millions d’hectares de terres accaparées pour les plantations de palmiers à huile réparties en 60 contrats entre 2009 et 2015. De grands groupes sont identifiés comme acquéreurs : Wilmar, Sime Darby, Cargill, Olam, Héraclès Farm, Socfin, Eni, Vale, Sita, Petrobras, etc. Parmi ces puissantes multinationales, on reconnaîtra celles du secteur de l’énergie...

En mai 2018, l’américain African Palm Corp (APC) faisait l’acquisition de 3 millions d’hectares de terres au Congo pour l’industrie palmiste, après avoir signé en avril pour une concession de 1,5 million en Guinée-Bissau. Son objectif, atteindre 7 millions d’hectares de plantations de palmiers à huile d’ici 2019. Pourtant, 7 millions d’hectares de cultures vivrières permettraient d’améliorer le sort des 200 millions de personnes sous alimentées en Afrique subsaharienne.

Rainforest Rescue note que les importations d’huile de palme au sein de l’UE en 2017 s’élevaient à 7,7 millions de tonnes dont 61 % destinés à produire de l’énergie. Or, les agrocarburants fabriqués à partir d’huile de palme sont plus polluants que le diesel si l’on tient compte de toutes les données qui conditionnent sa culture à échelle industrielle.

À présent, certains pays comme le Nigeria et le Cameroun ne sont plus en capacité de couvrir les besoins de leur propre population et doivent importer de l’huile de palme en provenance d’Asie. Dans un même temps, l’un et l’autre ont exporté respectivement 8 000 et 2 000 tonnes d’huile de palme en 2016.

De fait, de nombreux conflits entre industriels du palmier à huile et communautés locales éclatent. En cause, les accaparements de terres, les évictions forcées, les violations des droits humains dans les plantations, la déforestation, les pollutions inhérentes à la monoculture comme par exemple ici au Nigeria.

L’extension asiatique

Les premières plantations de palmiers à huile sur l’île de Sumatra en Indonésie remontent au tout début du XXe siècle. C’est là que les variétés africaines ont été améliorées et qu’une firme belge organisa le commerce de l’huile. Quelques années plus tard le palmier fut introduit en Malaisie.

JPEG - 282.8 ko
Le palmier à huile en Asie.
Agnès Stienne, 2018.

L’Indonésie et la Malaisie ont sacrifié leurs précieuses forêts pour sa culture, et dans une moindre mesure, celle de l’acacia pour l’industrie papetière. La mise en place de ces plantations a nécessité le drainage des sols et l’assèchement des tourbières, des écosystèmes considérés essentiels. Ces zones humides, très riches en carbone organique sur des épaisseurs de 30 cm et plus, protègent des excès climatiques telles que les sécheresses ou les inondations. Ce sont aussi des réserves naturelles remarquables pour la biodiversité. Leur disparition est une catastrophe écologique et un danger potentiellement latent car la tourbe, une fois sèche, est très inflammable.

Un reportage de Mongabay revient sur l’histoire de la mainmise d’une famille indonésienne sur des terres de l’île de Bornéo pour y développer l’industrie palmiste. On apprend que les plantations, dans un premier temps, se sont substituées aux zones forestières dont les essences précieuses avaient été pillées pour alimenter un trafic de bois illégal qui s’épuisait faute de reboisement.

Depuis, l’extension des plantations n’a pas cessé, enflammant les forêts pour libérer l’espace, une technique ancestrale, la culture sur brûlis, particulièrement polluante pour l’atmosphère mais qui constitue un bon substrat pour les futures plantations. Les fumées ou « haze » qui assombrissent le ciel sont un véritable fléau pour la région. Une étude montre qu’au début des années 2000 les émissions de gaz à effet de serre de l’Indonésie provenant de la déforestation s’élevaient à 85 % de ses émissions totales. Une autre étude révèle que les fumées y étaient responsables de la mort prématurée de 100 000 personnes en 2015.

En Papouasie Nouvelle-Guinée, les entreprises forestières mettent tout en œuvre pour s’approprier les forêts habitées par les peuples autochtones et les convertir en plantations. Le prix d’achat de la terre y est moins cher et les médias susceptibles de dénoncer les abus envers les populations et l’environnement moins présentes.

Là encore, l’industrie palmiste est synonyme de corruption, d’accaparement de terres, de déplacements forcés, de déforestation, de destruction des économies rurales, de destruction de l’habitat des animaux sauvages, de pollution de l’eau due aux intrants chimiques, de violations de droits humains, du travail des enfants et parfois de meurtres pour s’approprier les terres.

Bien que les ong se mobilisent pour contraindre les entreprises comme Nestlé ou PepsiCo à changer leurs pratiques et celles de leurs sous-traitants par l’adoption de certificat de bonne conduite comme the Roundtable on Sustainable Palm Oil (RSPO), les résultats se font attendre. Malgré les promesses des grands groupes concernant les droits humains des employé·es, le travail forcé et le travail des enfants, les abus continuent. Le rapport The Human Cost of Conflict Palm Oil Revisited : Indofood’s Ongoing Labor Abuses in North Sumatra est disponible ici.

Le premier importateur d’huile de palme est l’Inde, suivie de la Chine et du Pakistan. Selon Grain, ces fortes importations d’huile de palme s’expliquent d’une part par la suppression des restrictions sur le commerce international, sous la pression de l’OMC, entrainant la ruine des producteurs locaux d’huiles végétales comme celle issue de la noix de coco en Inde. Par ailleurs, l’essor du commerce d’aliments transformés (biscuits salés et sucrés, pizzas, plats préparés, chocolat…) dont la moitié contiendrait de l’huile de palme, s’est considérablement développé.

Et en Amérique ?

Si l’empreinte des plantations de palmiers à huile reste encore relativement modeste sur le continent américain, elles n’en sont pas moins présentes et s’accompagnent souvent ici comme ailleurs de violences. Tel est le cas au Honduras dont la situation fait dire à Jeff Conant, un responsable des Amis de la terre : « Le problème n’est pas le palmier à huile mais le modèle agroindustriel ; il y a des décennies, avec Standard Fruit le Honduras était l’archétype de la république bananière, aujourd’hui avec Dinant c’est une république du palmier à huile.­ »

JPEG - 445.4 ko
Le palmier à huile en Amérique.
Agnès Stienne, 2018.

C’est en Colombie qu’on rencontre le plus de plantations. Ici pas forcément besoin de recourir à la déforestation pour faire place à des millions de palmiers à huile, l’industrie de la viande s’en est déjà chargée. Dans ce pays qui souffre encore des conséquences de la guerre civile, ce sont surtout les petits paysans qui, par milliers, ont été chassés de leurs terres avec la violence que l’on sait par les paramilitaires au service des grandes entreprises comme l’évoque cet article du Washington Post.

En 2017, c’est un article publié par Mongabay qui dénonçait les conditions extrêmement difficiles dans les plantations colombiennes et les problèmes de santé des employé·es, les bas salaires et l’absence d’assurances sociales.

Les exemples de problèmes sociaux et environnementaux associés aux plantations de palmiers à huile ne manquent, hélas, pas. Au Guatemala, les populations se plaignent des pollutions de leur lac générées par l’industrie palmiste et d’esclavage moderne.

Au Pérou, ce sont des paysans qui ont été assassinés parce qu’ils ne voulaient pas céder leurs terres à cette industrie, disons-le, criminelle.
Etc, etc, etc ! Comme le dit si bien Jeff Conant, ce n’est pas le palmier à huile le problème, c’est l’industrie palmiste, l’uniformisation d’un modèle culturel fabriqué par l’agroalimentaire et tout le système financier qui le porte.

Vous reprendrez bien un petit chocolat ?

Quelques références utilisées

Le palmier à huile en Afrique : le passé, le présent et le futur
Ricardo Carrère

Indonesia : The World Bank’s failed East Asian miracle

Palmiers à huile et biodiversité, Analyse de la situation par le Groupe de travail de l’UICN sur les palmiers à huile