La guerre du Cameroun, un demi-siècle de censure et d’oubli

#Cameroun #Afrique #Guerre #Colonisation #Colonialisme #Françafrique #crimes_de_guerre

22 février 2017

 

Parmi les épisodes refoulés de l’historiographie coloniale, la guerre que la France a menée au Cameroun dans les années 1950 et 1960 occupe une place à part. Il s’agit même d’un cas d’école puisque personne ou presque, en France, n’en connait l’existence. Cette guerre secrète, qui a pourtant fait des dizaines de milliers de victimes, est passée inaperçue à l’époque où elle se déroulait et les traces qu’elle a laissées ont été méthodiquement effacées. Au Cameroun également, la mémoire de ce conflit eut du mal à se transmettre : la victoire de la France et de ses auxiliaires camerounais a permis l’installation d’une féroce dictature, qui s’est empressée d’effacer la mémoire du combat anticolonialiste dont elle a pourtant récolté les fruits.

par Thomas Deltombe

Co-auteur de Kamerun ! (2011) et de La Guerre du Cameroun (2016), publiés aux éditions La Découverte.

Le silence qui s’est abattu sur le Cameroun après la proclamation de l’« indépendance », le 1er janvier 1960, était digne de 1984 de George Orwell. Dans les décennies qui ont suivi l’éradication des indépendantistes et l’installation de la dictature, la moindre évocation de ces événements vous exposait à une condamnation certaine par une justice militaire aux ordres, et à des années d’enfermement dans les sinistres « camps d’internement administratif » dont s’était doté le régime.

La mémoire des véritables héros de l’indépendance n’a dès lors pu être honorée qu’en catimini, clandestinement, à l’abri d’une police politique aussi impitoyable qu’omniprésente. Menant main dans la main cette vaste entreprise de répression et d’occultation, les autorités françaises et camerounaises réussirent à réduire au silence jusqu’aux plus téméraires des opposants en exil.

C’est ce qu’a par exemple pu constater en 1972 l’écrivain camerounais Mongo Beti lorsqu’il publia en France le premier ouvrage consacré à la guerre d’indépendance. Le livre, intitulé Main basse sur le Cameroun, fut immédiatement interdit par le gouvernement français, qui détruisit tous les exemplaires disponibles.

Quand les colonisés se saisissent de leurs droits

Que s’est-il passé au Cameroun ? Il est difficile de comprendre la guerre qui s’est déroulée dans ce pays à partir du milieu des années 1950 si l’on ignore le statut juridique particulier qui régissait ce territoire depuis la fin de la Première Guerre mondiale.

Le Kamerun allemand après le « coup d’Agadir » (juillet 1911)

JPEG - 3.3 Mo

Après la signature du traité franco-allemand de Berlin du 4 novembre 1911, la France cède 272 000 km² aux Allemands en échange de leur reconnaissance de la souveraineté de la France au Maroc. La frontière séparant le Neukamerun (Nouveau Cameroun) allemand et le Moyen-Congo français est fixée par une mission mixte franco-allemande envoyée dans la zone quelques mois avant le début de la Première guerre mondiale.

Sources : Die Neugestaltung Kameruns auf Grund des Marokko Abkommens, mit Darstellung der Grenzen der französischen Konzessions-Gesellschaften und der Freihandelszone, D. Reimer & E. Vohsen, Berlin, 1911 ; Le Petit Journal, supplément illustré, 9 novembre 1913 ; La Quinzaine coloniale, 25 février 1913

Traduction de la légende de la carte

- Surface rose : expansion du Cameroun jusqu’en 1911
- Trait rouge : Cameroun d’après le traité de Berlin du 4 novembre 1911
- Limite violette : possessions françaises
- Limite verte : possessions britanniques
- Limite ocre : possessions belges
- Limite rose : possessions espagnoles
- Traits verts fins : limites des sociétés concessionnaires françaises
- Trait tireté noir doublé d’un filet vert épais : zone de libre-échange selon les accords passés lors de la Conférence de Berlin en 1885.

Comme toutes les colonies allemandes ou ottomanes (Syrie, Liban, Palestine, Rwanda, Togo, etc.), le « Kamerun », conquis par les Allemands au tournant du XXe siècle, devint un territoire international après la défaite de Berlin en 1918. Après l’avoir divisé en deux, la Société des Nations (SDN) confia les quatre cinquièmes du pays à l’administration française et le cinquième restant aux Britanniques. Régi par le droit international, le Cameroun n’était donc pas une colonie au sens traditionnel du terme mais un territoire « sous mandat ». En échange de leur mainmise sur le pays, les Franco-Britanniques s’engageaient à œuvrer pour le « bien être » de ceux que l’on qualifiait alors d’« indigènes ».

Cette situation se perpétua après la Seconde Guerre mondiale. Considérant que les Africains n’étaient toujours pas aptes à se gouverner eux-mêmes, la jeune Organisation des Nations unies (ONU) maintint le Cameroun sous la « tutelle internationale » des Franco-Britanniques. Ainsi autorisés à poursuivre l’exploitation du pays et à l’administrer comme leur propre territoire, Paris et Londres durent simplement signer des « Accords de Tutelle » très peu contraignants et s’engager à respecter les dispositions de la Charte des Nations unies consacrés aux « territoires sous tutelle ». En plus de « promouvoir l’avancement politique, économique, social et éducatif » des populations locales, les administrations française et britannique devaient « favoriser leur évolution progressive vers la capacité à s’administrer eux-mêmes ou l’indépendance ».

JPEG - 335.2 ko
Du Kamerun allemand au Cameroun indépendant (1911-1961)

Ce statut juridique hybride ne manqua pas d’envenimer la situation. Car il est marqué d’un double paradoxe : d’une part, il institutionnalisait le colonialisme sous prétexte de le faire progressivement disparaître, et d’autre part, il promettait aux colonisés des droits que les colons pouvaient aisément contourner.

Dès lors, les conflits sociaux, qui déchirent toutes les sociétés coloniales, se doublèrent au Cameroun d’un conflit d’interprétation sur les textes internationaux. Les colons cherchèrent évidemment à les vider de leur substance. Les colonisés, avides de justice et de liberté, s’en servirent comme arme de résistance et de revendications.

Dans ces conditions, les autorités coloniales comprirent rapidement que ce système de tutelle fragilisait l’édifice colonial : si les Camerounais parvenaient à faire valoir les droits que leur promettaient les textes onusiens, le vent de la décolonisation, qui soufflait déjà en Asie, s’engouffrerait dans la brèche, effriterait par contagion les colonies alentours et finirait par pulvériser ce qu’il restait d’Empire. Pour les Français, qui dominaient la majeure partie du pays, il était urgent de colmater la brèche camerounaise.

L’inquiétude de Paris était d’autant plus grande au début des années 1950 qu’un puissant mouvement indépendantiste émergeait au Cameroun. Porté par l’Union des populations du Cameroun (UPC), créée en avril 1948, le mot d’ordre d’indépendance gagnait chaque jour en popularité. Particulièrement bien structurée et animée par des militants remarquables, l’UPC étendit rapidement son influence, dans les centres urbains (Yaoundé, Douala, Dschang, Édéa, etc.) mais également dans les campagnes, sapant partout celle des autorités coloniales. Des foules de plus en plus compactes se rassemblaient pour écouter les discours des leaders upécistes : son secrétaire général Ruben Um Nyobè, son président Félix Moumié, ses vice-présidents Abel Kingue et Ernest Ouandié, etc.

JPEG - 445.4 ko
Les membres du Bureau politique de l’UPC, en marge d’une conférence le 6 mars 1955.
De droite à gauche : Ernest Ouandié (vice-président), Félix Moumié (président), Ruben Um Nyobè (secrétaire général), Abel Kingué (vice-président).
Archives privées de Simon Nken.

Plus grave encore, pour les Français, les leaders de l’UPC parvenaient à se faire entendre au-delà des frontières : en France, auprès de certains militants progressistes, mais également à New York, où l’ONU invita à deux reprises Um Nyobè à venir défendre la cause de l’indépendance et de la réunification du Cameroun. De retour au pays, il fut chaque fois accueilli avec ferveur par ceux des Camerounais qui osaient défier ouvertement le pouvoir colonial. Modèles de pondération et de détermination, les discours qu’il prononçait devant la Commission des Tutelles de l’ONU étaient méthodiquement polycopiés et distribués aux quatre coins du pays.

Les nationalistes camerounais remuaient ainsi les profondeurs du pays : cultivateurs spoliés par les entreprises coloniales, jeunes des quartiers populaires de Douala ou Yaoundé à la recherche d’un emploi, petits fonctionnaires ulcérés par le comportement de leurs supérieurs français, anciens combattants méprisés alors qu’ils avaient combattu « pour la France » pendant la Seconde Guerre mondiale, femmes déterminées à s’émanciper politiquement et économiquement...

Des dizaines de milliers de lettres et de pétitions furent envoyées au siège new-yorkais de l’ONU pour porter les mots d’ordre de l’UPC : justice sociale, abolition des discriminations raciales, indépendance totale et réunification des Camerouns « français » et « britannique ». Autant de slogans qui n’étaient finalement pas très éloignés de ce que promettait la Charte des Nations unies depuis 1945.

La France tente de réformer le colonialisme

Contestées par le peuple camerounais, les autorités françaises s’inquiétaient également de la concurrence internationale sur ce morceau d’Afrique centrale. En ces temps de guerre froide, les Soviétiques, soupçonnés de vouloir diffuser la « révolution mondiale », étaient accusés de téléguider les indépendantistes africains. Certains responsables de l’UPC ne s’étaient-ils pas rendus en Europe de l’Est et même en Chine à l’invitation des « communistes » ?

L’accusation fallacieuse de « communisme » lancée contre les upécistes n’avait pas seulement pour but de les décrédibiliser. Elle visait également à convaincre les « Anglo-Saxons » du danger nationaliste. Car les élites françaises, toujours méfiantes à l’égard de leurs homologues américaines et britanniques, craignaient que Washington et Londres ne cherchent à profiter de l’indépendance promise au peuple camerounais pour prendre pied au « Cameroun français ».

Maîtres de la partie occidentale du Cameroun, les Britanniques étaient particulièrement suspectés par les Français au milieu des années 1950. Car Paris ne parvenait pas à déchiffrer la politique coloniale de Londres. Certes, les Britanniques menaient depuis 1952 une répression sanglante au Kenya contre la Land and Freedom Army – péjorativement baptisée « Mau Mau » – et semblaient bien décidés à maintenir leur emprise sur ce pays.

Mais, ailleurs, la stratégie paraissait différente. En « Gold Coast », le futur Ghana, par exemple, les Britanniques laissaient non seulement les nationalistes gagner les élections locales (ce que le trucage systématique des élections rendait impossible en territoires « français ») mais ils semblaient prêts à négocier avec eux l’indépendance. Une telle « lâcheté » scandalisait les Français, qui croyaient d’ailleurs discerner une politique comparable au Cameroun « britannique ». Ainsi donc les Britanniques allaient-ils brader leur Empire et abandonner une œuvre coloniale inachevée ! Et cela au profit d’une poignée d’Africains radicalisés qui finiraient immanquablement par livrer le continent aux communistes !

Les administrateurs français les moins bornés analysaient cependant la stratégie britannique différemment. Conscients que le colonialisme dans sa version ancienne était condamné, ils regardaient l’apparent laxisme britannique, en Gold Coast ou ailleurs, comme une subtile manière de contrôler l’accession progressive de leurs colonies à une inévitable indépendance. Selon cette analyse, Londres tentait de reproduire en Afrique ce que Washington et Moscou avaient réalisé respectivement en Amérique latine et en Europe de l’Est : vassaliser des pays en s’appuyant sur des élites locales dociles.

Une telle réforme du colonialisme était d’ailleurs en cours en France au milieu des années 1950. Préparée dès 1954, une loi-cadre – qui sera adoptée en 1956 sous le nom de « loi-cadre Defferre » – permit de confier certaines responsabilités à une élite africaine triée sur le volet pour mieux maintenir les colonies dans le giron français. En offrant une relative « autonomie » aux colonies et en confiant certaines responsabilités à quelques « leaders » locaux, cette sous-traitance particulièrement perverse visait à saper les efforts de ceux qui réclamaient une indépendance véritable et exigeaient qu’on rende aux peuples leur entière souveraineté.

JPEG - 3 Mo
Bannière retrouvée dans les archives militaires françaises, dans les dossiers concernant la répression en Sanaga-Maritime. Cette bannière vantant notamment le combat de Ruben Um Nyobè, secrétaire général de l’UPC, fait allusion à la loi-cadre Defferre votée en France en 1956 et mise en œuvre au Cameroun à partir de 1957.
Archives du Service historique de l’armée de terre, carton 6H242.

S’accompagnant de mesures « sociales » censées améliorer le sort des populations colonisées, cette « mystification néocolonialiste » – pour reprendre l’expression utilisée par Jean-Paul Sartre en 1956 – fonctionna dans de nombreux endroits. En Côte d’Ivoire, au Sénégal ou ailleurs, nombre de politiciens africains acceptèrent cyniquement la « main tendue » des autorités françaises pour s’installer à des « postes de responsabilité » (en réalité très encadrés). Comme le disait François Mitterrand en 1957, l’opération consistait à « isoler, pour le réduire, le noyau dur, idéologiquement irrécupérable, dont la présence rendait vaine toute tentative de conciliation » et à mettre au pouvoir ceux que « l’assentiment de leur peuple autant que l’amitié de la France mèneraient aux plus hauts destins ».

Mais l’opération échoua au Cameroun : les leaders de l’UPC refusèrent de trahir les aspirations populaires qu’ils avaient portées pendant de longues années. Paris décida donc d’utiliser la manière forte pour éradiquer les « irrécupérables ».

La revanche des professionnels de la « contre-insurrection »

Deux Hauts-commissaires – chefs de l’administration coloniale française au Cameroun – furent chargés de mettre en œuvre une politique de violence. Le premier, en poste à Yaoundé à partir de décembre 1954, s’appelle Roland Pré. Fasciné par les États-Unis et anticommuniste obsessionnel, il est aujourd’hui tombé dans l’oubli. Il joua pourtant un rôle déterminant : après avoir réprimé dans le sang un vaste mouvement de revendications sociales, en mai 1955, il profita de ces « émeutes » pour faire disparaître l’UPC, accusée d’en être l’instigatrice, du champ politique camerounais. Interdit par le gouvernement français le 13 juillet 1955, le parti d’Um Nyobè ne put poursuivre son combat que dans la clandestinité.

Le second Haut-commissaire, Pierre Messmer, qui remplaça Pré en 1956, est aujourd’hui plus connu puisqu’il deviendra par la suite ministre des Armées (1960-1969) puis Premier ministre (1972-1974). Une fois l’UPC condamnée à la clandestinité, la mission de Messmer sera de l’y maintenir et de faire émerger une classe dirigeante locale capable d’assumer, le moment venu, une « indépendance » favorable aux intérêts français. Comme il l’écrira explicitement dans ses Mémoires, l’idée était d’accorder « l’indépendance à ceux qui la réclamaient le moins après avoir éliminé politiquement et militairement ceux qui la réclamaient avec le plus d’intransigeance ».

JPEG - 2.5 Mo
Roland Pré et Pierre Messmer

Outre leur anticommunisme viscéral, le point commun de ces deux administrateurs coloniaux était leur fascination pour les théories de guerre contre insurrectionnelle. Partiellement inspirées des méthodes de « guerre psychologique » expérimentées aux États-Unis et des techniques utilisées par les Britanniques sur différents théâtres coloniaux, la doctrine française de « guerre contre révolutionnaire » fut élaborée par une série d’officiers français pendant la guerre d’Indochine dans laquelle la France fut engagée entre 1946 et 1954. Sous prétexte que le Vietminh utilisait des « méthodes totalitaires » pour encadrer les civils vietnamiens et les impliquer dans le combat, ces officiers militèrent pour que l’armée française adopte des techniques similaires. Considérant que tout civil est un combattant potentiel et que la frontière entre la « paix » et la « guerre » a disparu, le but de cette doctrine était de mettre en place des structures civilo-militaires capables d’encadrer physiquement et psychologiquement les masses pour les obliger à rejeter l’ennemi accusé de les travailler de l’intérieur.

La cuisante défaite de la France en Indochine en 1954 semblait confirmer l’analyse de ces officiers, qui convainquirent ainsi leur hiérarchie et le pouvoir politique de mettre en œuvre leurs théories. C’est ainsi que ces doctrines de guerre contre révolutionnaire furent exportées simultanément sur deux territoires coloniaux. En Algérie, secouée à partir de 1954 par un vaste mouvement insurrectionnel mené par le Front de libération nationale (FLN). Et au Cameroun, où l’UPC fut décrite comme une sorte de Vietminh africain. Ainsi débarquèrent dans ce territoire, dès 1955, des spécialistes de la contre-insurrection : malades de l’Indochine, ces officiers arrivèrent dans le pays avec la ferme intention de se venger contre la « subversion communiste ».

Mais il s’agissait en quelque sorte d’une « vengeance préventive ». Les accusations lancées contre l’UPC avaient en effet quelque chose d’absurde : tous les observateurs – y compris à l’intérieur de l’administration française – savaient que l’UPC était légaliste et avait toujours fait du droit, à commencer par le droit international, son arme favorite. Mais la propagande française finit par avoir des effets. Contraints à la clandestinité, obligés pour certains de se réfugier au Cameroun britannique, acculés par la guerre préventive lancée par les autorités françaises, nombre d’upécistes comprirent qu’ils n’avaient d’autre choix que de changer de méthodes.

Résistance et « pacification »

C’est ce qui se produisit en décembre 1956, lorsque Pierre Messmer organisa des élections piégées auxquelles l’UPC interdite ne put se présenter. Par ce moyen, le Haut-commissaire tenta de faire valider « par le peuple » l’élimination définitive du principal parti politique camerounais et de désigner « démocratiquement » des candidats mieux disposés à l’égard de la France. Pour faire échec à ce coup de force, les nationalistes mirent sur pied une organisation armée, le Comité national d’organisation (CNO).

Malgré le manque de préparation et d’équipement, l’opération fonctionna dans la région d’origine d’Um Nyobè, où celui-ci vivait en clandestinité, la Sanaga Maritime. Mais la réaction des autorités françaises fut si violente dans cette région que des dizaines de milliers de familles durent quitter leurs villages pour se réfugier dans les forêts environnantes, et se mettre sous la protection des « maquis » du CNO. Ailleurs, d’autres organisations armées virent le jour et tentèrent tant bien que mal de se coordonner avec les instances dirigeantes de l’UPC.

Zone de pacification (ZOPAC) en Sanaga Maritime

Cartes militaires françaises résumant l’implantation en Sanaga Maritime des troupes de maintien de l’ordre (à gauche) et des troupes insurgées du Comité national d’organisation (à droite) au tournant de l’année 1958.

JPEG - 4.9 Mo

Pour « rétablir l’ordre » en Sanaga-Maritime, une « Zone de pacification » y est instaurée en décembre 1957. Le commandement militaire de ce vaste dispositif civilo-militaire, en place jusqu’en décembre 1958, est confié au lieutenant-colonel Jean Lamberton qui met en pratique la doctrine de guerre révolutionnaire.

Source : Archives du Service historique de l’armée de terre, carton 10T178.

Dès lors, le harcèlement continuel que subissait l’UPC depuis sa création se transforma en guerre ouverte. Face aux nationalistes, les autorités militaires déployèrent des dispositifs militaires de grande envergure, à l’instar de la « Zone de pacification » (ZOPAC) installée fin 1957 en Sanaga Maritime. Comme les Britanniques en Malaisie ou au Kenya, et comme les Américains plus tard au Vietnam, les Français procédèrent dans cette région à la « villagisation » forcée des populations. Toutes celles et ceux qui refusèrent de quitter les « maquis » et de rejoindre les « centres de regroupement » militaires furent impitoyablement traqués : les villages « illégaux » furent brûlés et les « hors-la-loi » décimés sans autre forme de procès. Ceux qui, à l’inverse, rejoignirent de gré ou de force les villages militaires durent subir la surveillance totale de l’armée et assister, la mort dans l’âme, à d’innombrables séances de « désintoxication psychologique ».

On ne connaîtra sans doute jamais le nombre exact de personnes massacrées au cours des « opérations de nettoyage » que l’armée française et les milices locales à ses ordres effectuèrent pendant des mois dans les « zones interdites », à l’extérieur des villages fortifiés. On sait en revanche que Ruben Um Nyobè, la figure charismatique de l’UPC et cible prioritaire des autorités coloniales, fait partie des victimes. Lorsqu’une de ses camarades, arrêtée par l’armée française, livra sous la torture la position du secrétaire général de l’UPC, début septembre 1958, celui-ci fut prestement assassiné par une patrouille militaire.

JPEG - 642.4 ko
Carte montrant, selon les informations françaises, les grandes régions d’implantation de l’Union des populations du Cameroun (UPC) et du Comité national d’organisation (CNO) en 1957.
Archives du Service historique de l’armée de terre, carton 6H239.

La guerre ne se limitait pas à la Sanaga Maritime. Les « troubles », ainsi désignés par les autorités coloniales, affectaient toute la partie méridionale du Cameroun français, en particulier la zone allant de Douala au département du Mungo et la région dite « bamiléké » qui subirent en conséquence la répression française. Comme ces régions jouxtaient le Cameroun britannique, où étaient réfugiés nombre de leaders upécistes, les Français reprochèrent à leurs homologues britanniques de laisser leur territoire servir de zone de repli aux combattants nationalistes.

Les autorités françaises pénétrèrent illégalement au Cameroun britannique pour y perpétrer des assassinats ciblés et menacèrent Londres de fomenter des troubles dans leurs propres colonies. Sous la pression française, les Britanniques expulsèrent de leur territoire, en 1957, les principaux responsables upécistes qui y avaient trouvé refuge. Sous l’œil vigilant des services secrets français, le président de l’UPC, Félix Moumié, et une dizaine d’autres cadres de l’UPC entamèrent alors une longue transhumance révolutionnaire, installant successivement leurs bases au Soudan, en Égypte, au Ghana, en Guinée et plus tard en Algérie, au Congo-Brazzaville et en Angola – bref, dans tous les pays africains qui, accédant à tour à tour à l’indépendance, leur accorderaient l’asile.

Tromper l’ennemi : l’« indépendance » comme arme psychologique

Il faut dire que la guerre du Cameroun se jouait également sur la scène internationale. Et en particulier à l’ONU, du fait du statut juridique particulier du pays. Immédiatement après l’élimination de Ruben Um Nyobè, les autorités françaises annoncèrent l’« indépendance » prochaine du Cameroun et proposèrent aux Nations unies d’examiner les modalités de cette évolution. Présentée comme un acte de « générosité », cette indépendance programmée s’intégrait en fait dans le plan de guerre français.

Le plan français comportait deux vices cachés. D’une part, le Cameroun accèderait à l’indépendance sans que les Camerounais ne puissent au préalable élire leurs gouvernants. D’autre part, les dirigeants camerounais cooptés discrètement par les autorités coloniales devaient signer avec Paris une série d’accords bilatéraux, dont certains secrets, permettant à la France de garder la main sur la politique commerciale, monétaire, militaire, culturelle et diplomatique du pays.

Il s’agissait donc d’une indépendance en trompe l’œil : le peuple était privé de sa souveraineté et les dirigeants restaient de facto sous la tutelle de la France. Le plan français fut cependant accepté par l’ONU, en mars 1959, grâce à la lâcheté conjuguée de Washington et de Londres, bien contents de maintenir cette portion d’empire français dans le giron occidental, et de Moscou qui, en cette période de « coexistence pacifique », se préoccupait assez peu des soi-disant « communistes » camerounais.

Cette indépendance sous contrôle avait de nombreux avantages pour les Français. Outre qu’elle brouillait insidieusement le message des véritables indépendantistes camerounais, elle permettait aux autorités françaises, en mettant fin au système de « tutelle » internationale, de se débarrasser du regard onusien sur ce territoire. L’indépendance du Cameroun français accéléra aussi le processus d’émancipation du Cameroun britannique, que Paris espérait faire annexer rapidement par le Cameroun « indépendant ». Bien que ce dernier projet n’aboutit qu’à moitié, et seulement quelques mois plus tard, l’« indépendance » du Cameroun français libérera la France : désormais elle pouvait gérer à sa guise la répression des mouvements dits « subversifs ».

Dans les deux camps, les actions militaires sont parfois résumées sous forme de schémas.

JPEG - 915.9 ko

Extrait d’un rapport militaire français détaillant une opération à 6 km d’Eseka (Sanaga Maritime), le 22 juillet 1958.

Source : Archives du Service historique de l’armée de terre, carton 6H239.

JPEG - 2.3 Mo

Extrait d’un cahier de formation clandestine de l’Union des populations du Cameroun (UPC). Ce document témoigne de la formation reçue clandestinement par les militants et les combattants de l’UPC dans les années 1960. Il aborde d’innombrables thèmes : l’histoire et la géographie du Kamerun ; les statuts et l’histoire de l’UPC ; principes de la lutte révolutionnaire ; les mécanismes du néocolonialisme ; la stratégie et la tactique ; la guérilla et la guerre de mouvement ; la lutte contre le tribalisme ; etc.

Source : Archives privées.

Dès l’indépendance proclamée, le 1er janvier 1960, Paris accrut ses actes de guerre. Si la Sanaga Maritime a été en grande partie « nettoyée » entre 1957 et 1959, le conflit s’intensifia dans le Wouri, le Mungo et la région dite bamiléké où une nouvelle force de résistance, l’Armée de libération nationale du Kamerun (ALNK), avait été constituée dans le courant de l’année 1959. L’armée française entreprit une nouvelle politique de « villagisation », mit sur pied des milices villageoises, fit disparaître les prisonniers et procéda pour la première fois à une vaste campagne de bombardements aériens. Les populations restées sous son contrôle subirent d’intenses « campagnes psychologiques » : la torture se systématisa, les exécutions publiques se multiplièrent et les têtes tranchées des « rebelles » furent exposées sur les marchés et sur les places publiques. Parallèlement, Paris traquait sans merci les opposants en exil : Félix Moumié, empoisonné par les services secrets français à Genève au cours d’une opération rocambolesque, décéda en novembre 1960.

« Insurrection en pays bamiléké ». Les zones d’influence de Singap Martin et Momo Paul à l’Ouest Cameroun (1960)

JPEG - 4.7 Mo

La France intensifie son effort de guerre après la proclamation d’indépendance du Cameroun français le 1er janvier 1960. Un des objectifs principaux est de jouer des divisions entre les groupes insurgés, à l’instar de celle qui oppose au cours de l’année 1960 Martin Singap, chef de l’ALNK, et le chef rebelle Paul Momo.

Source : Archives du Service historique de l’armée de terre, carton 6H239.


Dans ses Mémoires, Michel Debré – Premier ministre français entre 1959 et 1962 – résume ainsi la stratégie française : « Au début de l’année 1960, l’ensemble du pays bamiléké échappe aux autorités du Cameroun. Ahidjo me demande de maintenir les administrateurs français, soit ! Mais cette première décision est insuffisante. Je décide d’entreprendre une véritable reconquête. […] Le ministre des Armées me propose le général Briand, que je reçois et à qui je fixe sa mission. Afin de pacifier le pays bamiléké, il disposera de cinq bataillons, d’un escadron blindé et d’un escadron de chasseurs-bombardiers. Je lui recommande en outre de faire preuve d’habileté à l’égard d’une population qui a été longtemps abandonnée à elle-même. Le général Briand mène son affaire avec brio. Il procède à une opération de nettoyage qui aboutit à scinder les troupes rebelles. Il met fin en même temps à une trop longue période d’abandon en améliorant le réseau routier et en installant des dispensaires. À ma demande, Ahidjo met à sa disposition un Camerounais d’origine bamilékée [sic], Kwajeb Enook [en fait Enoch Kwayeb]. À la fin de l’été 1960, le général Briand peut me rendre compte de son succès : six mois lui ont suffi. La pacification est en bonne voie. À l’armée camerounaise d’achever la tâche en obligeant quelques bandes rebelles perdues dans la brousse à déposer les armes à leur tour. » (Michel Debré, Gouverner. Tome 3 : 1958-1962, Albin Michel, Paris, 1988, p 336-337).

Cette politique de terreur se poursuivra pendant une décennie. Sous la direction d’Ernest Ouandié, rentré clandestinement au pays après l’assassinat de Moumié, l’ALNK fit en effet preuve d’une combativité étonnante malgré les difficultés matérielles qu’elle endurait. La féroce répression, pilotée en sous-main par la France, commença cependant à porter ses fruits à partir de 1962-1963. Les maquis nationalistes, sans disparaître complètement, devinrent de plus en plus confidentiels. Il faudra attendre l’arrestation en août 1970 d’Ernest Ouandié, et son exécution en place publique en janvier 1971, pour que les nationalistes comprennent que la lutte armée avait définitivement échoué.

Tandis que la guerre se poursuivait, les méthodes « contre subversives » utilisées depuis le milieu des années 1950 devinrent les méthodes courantes de gouvernement. Encadré par ses conseillers français, le président camerounais Ahmadou Ahidjo, placé à la tête du pays dès 1958, transforma son régime en pure et simple dictature. Bien conscient qu’il ne devait son pouvoir qu’à la France, il supprima toutes les libertés publiques et transforma progressivement sa propre formation politique en parti unique. Sous prétexte de combattre la « subversion », c’est tout le peuple camerounais qui fut ainsi placé sous chape de plomb. Doté d’une armée omniprésente, d’une redoutable police politique et de ses camps de détention administrative, le régime camerounais fut l’un des plus répressifs d’Afrique. Pour le plus grand bénéfice des apparatchiks locaux et des entreprises françaises se partageant les profits de l’exploitation économique du pays.

Le système camerounais fut si favorable au gouvernement français qu’il s’en inspira partiellement lorsqu’il octroya l’« indépendance » à ses autres colonies africaines. Comme Ahidjo, les dirigeants de ces nouveaux pays, presque tous pro-français, signèrent des accords limitant drastiquement leur souveraineté et instaurèrent des dictatures. Ceux qui s’y refusèrent furent sévèrement rappelés à l’ordre… ou éliminés (comme ce fut le cas du Togolais Sylvanus Olympio, assassiné en 1963 par des putschistes formés en Algérie par l’armée française). Ainsi naquit ce qu’on appelle la « Françafrique », cette variante française du néocolonialisme qui permit à Paris de maintenir ses anciennes colonies africaines sous sa tutelle malgré les indépendances. Ou plutôt : grâce aux « indépendances ».

Des morts par dizaines de milliers

Comment est-il possible que la guerre du Cameroun soit passée inaperçue, au point que personne ou presque n’en soupçonne aujourd’hui encore l’existence ? Cette question est d’autant plus dérangeante que ce conflit a fait des dizaines de milliers de victimes.

D’après un rapport confidentiel produit au milieu des années 1960 par l’ambassade du Royaume-Uni au Cameroun, qui s’est bien gardée de rendre publique cette estimation, cette guerre aurait causé la mort de 60 000 à 76 000 personnes entre 1956 et 1964. André Blanchet, journaliste au Monde, évoqua pour sa part, au cours d’une conférence prononcée en 1962, le chiffre de 120 000 morts, portant uniquement sur les trois années précédentes et dans la seule région bamiléké (où la population était estimée à 500 000 âmes). « Or, cela nous l’ignorâmes à peu près entièrement, même en France, l’ancienne métropole », ajouta-t-il. Et pour cause : ni lui ni aucun de ses collègues n’en informèrent jamais les lecteurs de son journal.

Les raisons de ce silence sont multiples. La première renvoie au statut juridique particulier du Cameroun. N’étant pas autorisées par les textes onusiens à réprimer les Camerounais, surtout quand ceux-ci ne faisaient que réclamer des droits reconnus par les Nations unies, les autorités françaises organisèrent une guerre secrète. Tout au plus concédèrent-elles procéder à des opérations de « maintien de l’ordre ». Dès 1958, la consigne était clairement exprimée par les responsables français : « Il faut faire régner le silence. »

JPEG - 1.2 Mo
Télégramme chiffré rédigé par les responsables militaires français de la ZOPAC en juin 1958.
Archives du Service historique de l’armée de terre, carton 6H242.

Ce silence fut prolongé après l’indépendance : avouer que la répression se poursuivait, et même s’intensifiait, aurait mis en lumière la facticité de l’« indépendance » et l’illégitimité du régime pro-français de Yaoundé. Seuls quelques très rares journalistes furent donc autorisés à se rendre sur les lieux où se déroulaient les combats. Embarqués dans les avions français et regardant le conflit en surplomb, ils le décrivirent comme une incompréhensible « guerre tribale », justifiant ainsi l’aide qu’apportait la France, « à la demande du gouvernement camerounais », pour mettre fin à ce conflit « d’un autre âge ». À en croire le journaliste du Figaro, Max Olivier-Lacamp, l’un de ces rares Français qui put survoler la région Bamiléké en 1960, c’est presque par humanisme que la France aidait Ahidjo à faire taire les « querelles ethniques ».

Lecture complémentaire :

« Les Bamiléké dans le Cameroun d’aujourd’hui », par le colonel Jean Lamberton, publié dans la Revue Défense nationale en mars 1960.

JPEG - 346.1 ko

Ce texte redoutable décrit les Bamiléké comme « un caillou bien gênant » dans la chaussure du Cameroun indépendant. Jean Lamberton qui se prend pour un anthropologue écrit : « l’histoire obscure des Bamiliké n’aurait d’autre intérêt qu’anecdotique si elle ne révélait à quel point ce peuple est étranger au Cameroun ». La manipulation des identités ethniques a été une des armes favorites de la France pour lutter contre le projet national et social de l’UPC, avant comme après l’indépendance. En favorisant les affrontements ethniques, la France pouvait maquiller la guerre qu’elle menait au Cameroun en « guerre civile » ou en « conflit tribal », et justifier ainsi son intervention.

Les méthodes des autorités françaises visaient à donner l’impression de « guerre tribale » ou de « guerre civile ». Lourdement engagée en Algérie, qui monopolisait d’ailleurs l’attention de l’opinion publique métropolitaine à cette période, l’armée française envoya un nombre limité de militaires français au Cameroun. Ces derniers se contentaient autant que possible d’encadrer et de former les troupes, lesquelles étaient composées de soldats enrôlés dans d’autres colonies (Côte d’Ivoire, Tchad, Gabon, etc.) et de groupes paramilitaires et de « milices d’autodéfense » locales.

Mobiliser ainsi la population civile camerounaise avait de nombreux avantages. Outre que ces troupes supplétives étaient beaucoup moins bien – ou pas du tout – payées, cette stratégie de guerre « contre subversive » contraignaient les civils à choisir leur camp : rien de tel, pour tester leur loyauté, que de les faire participer à l’élimination des « subversifs ».

JPEG - 2 Mo
Projet de tract anti-UPC réalisé par les forces de l’ordre franco-camerounaises en 1961-1962
Archives du Service historique de l’armée de terre, carton 6H263.

En attisant de surcroît les rivalités ethniques, comme le firent à la fois les Français et leurs alliés camerounais, de telles méthodes avaient un dernier avantage : lorsqu’un carnage survenait, les instigateurs pouvaient au besoin s’abriter derrière leurs auxiliaires. Quand ils ne mettaient pas de tels « dérapages » sur le compte de la « sauvagerie congénitale des Africains ».

Enfin, le silence qui a persisté à partir du milieu des années 1960 s’explique par l’issue que prit la guerre. La victoire de la France et l’installation définitive de la dictature d’Ahmadou Ahidjo permirent non seulement d’étouffer toute critique du régime mais également d’effacer le souvenir des nationalistes qui s’étaient battus pour obtenir une indépendance véritable. L’histoire étant écrite par les vainqueurs, ceux-ci éliminèrent les traces de leurs crimes et réduisirent au silence les témoins gênants. Contrairement au FLN, qui prit le pouvoir en Algérie en 1962, l’UPC, vaincue, ne put honorer ses héros. L’évocation même de cette période étant perçue par les dirigeants camerounais comme un crime de lèse-majesté, aucun travail scientifique ne put être réalisé au Cameroun sur cette période. Les seuls Camerounais qui purent mener des recherches sur ce dossier, dans les années 1980, durent s’installer à l’étranger.

La Françafrique en miniature, ou l’art de la propagande quotidienne

JPEG - 1 Mo

Installant progressivement à la tête du Cameroun un régime de plus en plus autoritaire, Ahmadou Ahidjo organise – avec l’assistance et l’assentiment de Paris – le culte de sa propre personnalité à partir de 1960. Décrit comme le « père de l’indépendance », le « chantre de la paix » et l’« artisan de l’unité » du pays, il appuie son pouvoir sur un parti unique aux ordres (l’Union nationale camerounaise), une police politique sanguinaire et un service de propagande efficace.

Ici, quelques planches d’une bande dessinée de propagande éditée en France en 1982, l’année même où Ahmadou Ahidjo cède son fauteuil à son successeur Paul Biya. (Source : Cameroun, la Marche vers l’unité, Édition Afrique Biblio Club, Paris, 1982. Conception et réalisation : Serge Saint-Michel, illustration : Jean-Marie Ruffieux.)

Briser le silence

Il faudra finalement attendre le début des années 1990, marqué par un vaste mouvement de revendications démocratiques, au Cameroun comme dans de nombreux pays d’Afrique, pour que la conspiration du silence se brise. À la faveur de la démocratisation partielle de la scène politique, nombre de Camerounais voulurent exhumer ce passé enseveli. Mais le black out avait été si total, pendant de si longues années, que la lumière eut du mal à percer.

Les journalistes et historiens qui tentèrent de travailler sur ces sujets furent confrontés à la rareté des sources archivistiques, et la profusion de récits difficilement vérifiables. Ils durent, en plus, vaincre le scepticisme de leurs homologues étrangers qui, n’ayant jamais entendu parler de cette guerre conduite à huis clos, se montrèrent incrédules devant les récits macabres qui leur en étaient rapportés. Nombre d’universitaires français « spécialistes du Cameroun » eurent ainsi la tentation de faire perdurer le silence qui régnait sur des événements qu’ils avaient trop longtemps ignorés.

Voilà pourquoi cette guerre du Cameroun reste encore aujourd’hui si mal connue. Au point que François Fillon – l’ancien Premier ministre qui décrit la colonisation comme un « partage des cultures » – alla jusqu’à parler de « pure invention » lorsqu’il fut interrogé en 2009 sur la responsabilité de la France dans l’assassinat des grands leaders de l’UPC (l’aspect de la guerre qui est pourtant le plus connu et le mieux documenté…).

Certes, le président de la République, François Hollande, a évoqué, pour la première fois, ces « épisodes tragiques » lors d’une visite officielle au Cameroun en juillet 2015. Mais il ne l’a fait que du bout des lèvres, en ânonnant une phrase préparée par ses conseillers et en ignorant manifestement tout de ce dont il parlait. Cette déclaration brouillonne n’a, jusqu’à présent, eu aucune suite.

Espérant éviter des procès comparables à ceux intentés avec succès par les anciens « Mau Mau » réprimés contre les autorités britanniques au Kenya dans les années 1950, la France officielle tente pour le moment de jouer la montre, attendant patiemment que les dernières victimes directes – et les derniers témoins – de la guerre du Cameroun disparaissent définitivement. Mais elle sait que le silence qui règne autour des atrocités qu’elle a commises au cours de ce conflit, en contravention des lois internationales, ne pourra pas durer.

Les sentiments antifrançais sont devenus si puissants aujourd’hui en Afrique et les recherches historiques sur le passé colonial si nombreuses qu’elle devra tôt ou tard regarder son passé en face et répondre de ses actes. Sans biaiser.

↬ Thomas Deltombe.

Lecture complémentaire :

« Main basse sur le Cameroun, Autopsie d’une décolonisation », par Mongo Beti, La Découverte, 2010. Publié par les éditions François Maspero en 1972, ce livre a été immédiatement interdit par le gouvernement français. Il fut publié au Québec avant d’être enfin autorisé en France, en 1977, à la suite d’une longue bataille judiciaire.

JPEG - 818.2 ko

Lire la préface de l’édition de 1977