Géopolitique africaine alternative

#Afrique #frontières #colonisation #colonialisme #vision #perception #géopolitique #méthodologie

2 septembre 2016

 

Au tout début des années 2000, une rencontre avec Achille Mbembe s’est vite transformée en un fructueux « dialogue cartographique » donnant naissance à une vision assez inattendue de l’Afrique, une sorte de symbiose entre la géopolitique et les mouvements économiques. Une décennie plus tard, nous nous sommes rendu compte que la situation politique et sociale du continent avait si profondément changé qu’il était devenu nécessaire de produire une nouvelle carte, mais en gardant les principes sur lesquels nous avions conçu la première...

par Philippe Rekacewicz

dialogue cartographique avec Achille Mbembe

Achille Mbembe me décrivait alors sa vision de l’Afrique, dans un monde antérieur au 11 septembre 2001 et à la « guerre au terrorisme ». Son analyse dépassait largement les représentations traditionnelles que l’on en faisait à l’époque. Son interprétation de l’organisation spatiale du continent noir s’opposait aux schémas anciens (limites coloniales, découpages régionaux). Il identifiait, avec une approche inédite, les territoires, non plus par leur position dans l’espace, mais au travers des mutations géopolitiques, géo-économiques et sociales qui les affectent.

JPEG - 988.7 ko
Géopolitique africaine alternative
Dialogue cartographique avec Achille Mbembe, novembre 1999.
Philippe Rekacewicz, 2000

Achille Mbembe :

D’une part les frontières réelles n’épousent plus ni les configurations officielles, ni la cartographie héritée de la colonisation. D’autre part, la disjonction en territorialités économiques, territorialités politiques, culturelles et symboliques s’accélère. Du coup, c’est aux interstices que se déroule, à présent, le gros de l’action historique. »
Politique africaine, mars 2000.

Pour lui, l’Afrique post-guerre froide est un « ghetto stratégique » d’où émerge une recomposition territoriale qui s’organise sans les États et fait apparaître des formes de souveraineté inédites. Achille Mbembe déconstruit le continent africain en plusieurs « figures territoriales » :

- Les extrémités du continent, largement tournées vers l’extérieur, questionnent leur identité africaine :

Mais, alors que l’Afrique du Nord se déconnecte du reste du continent, une « déterritorialisation » se développe sur les pourtours du désert du Sahara. Elle englobe, dans un même mouvement d’érosion des souverainetés, aussi bien le nord du continent que l’Afrique noire proprement dite. Une vaste frontière à géométrie variable découpe, de part et d’autre du désert, des espaces mouvants : des confins de l’Algérie jusqu’à ceux du Borkou (Ennedi et Tibesti, au nord du Tchad), aux portes occidentales du Soudan. Dans ce vaste espace, les logiques de segmentation se combinent avec des logiques de clan et d’échange ».
Le Monde diplomatique, novembre 1999.

- À l’autre extrémité, l’Afrique du Sud se partage entre l’intérieur et l’extérieur. D’un côté, elle renforce ses liens avec l’Asie, le Royaume-Uni et les États-Unis. De l’autre, elle profite de la faiblesse de ses voisins pour leur imposer des « relations asymétriques » tout en élargissant son influence politique et économique jusqu’en Guinée.

- La « diagonale des zones de guerre » s’étend de la Corne de l’Afrique à l’Atlantique, via l’Angola et le Congo-Brazzaville, en traversant la région des Grands Lacs et le Congo.

Parfois, ces guerres aboutissent à la victoire d’une faction. Mais de tels succès sont presque toujours provisoires. D’où un cycle de la violence qui, chaque fois, voit son intensité décuplée. Mais souvent, aucune des parties ne parvient à l’emporter de manière décisive sur les autres : la guerre se prolonge, entraînant l’implication de réseaux humanitaires dont la présence contribue à brouiller davantage les ressorts de la souveraineté. Ainsi assiste-t-on progressivement à la naissance de formations sociales où la guerre et l’organisation pour la guerre tendent à devenir des fonctions régulières. Le conflit armé, dans ces conditions, investit l’ensemble du champ social et politique, jouant désormais comme un facteur de différenciation à l’échelle régionale, dans un pur processus de reproduction-destruction ».
Le Monde diplomatique, novembre 1999.

- Les territoires qui regroupent l’essentiel des richesses minières et pétrolières, autrement dit l’Afrique « utile » (pour les pays développés ou les grands pays émergents) et dont l’État se désagrège, font place à de « nouvelles formes de territorialité qui se superposent, s’affrontent ou se neutralisent mutuellement ». Les États affaiblis se voient contraints de partager le contrôle des territoires avec d’autres acteurs, groupes armés, paramilitaires ou entreprises multinationales.

Pour compléter ce « dispositif géopolitique », Achille Mbembe distingue des « portes d’entrées », des îles qu’il perçoit comme des espaces cosmopolites, des lieux culturels riches et des carrefours de civilisations. Le continent africain regorge d’interstices (ou de marges), en d’autres termes d’espaces de transition.

Puis il conclut :

L’expérience africaine montre que, à l’ère de la mondialisation, la domestication du temps mondial passe, comme de nécessité, par la déconstruction violente des cadres territoriaux existants, la remise en question des frontières convenues et la création simultanée d’espaces mouvants et d’espaces d’enfermement destinés à limiter la mobilité des populations jugées superflues. Le fonctionnement de l’Afrique est subordonné à la manière dont est établie la loi de répartition des armes. Dans ces conditions, la guerre en tant qu’économie générale n’oppose plus nécessairement entre eux ceux qui disposent des armes. Elle oppose, de préférence, ceux qui disposent des armes et ceux qui en sont dépourvus. »
Le Monde diplomatique, novembre 1999.

Bien qu’enracinée dans la réalité géographique, concevoir une carte qui puise sa substance d’une narration – plutôt que sur la foi de données tangibles (quantitatives ou qualitatives) – est un processus original. Dessiner les contours des territoires pensés par Achille Mbembe, en d’autres termes « cartographier la pensée » reste un véritable défi pour le cartographe.

Alors, où faire passer les limites de ces nouveaux espaces, et comment les qualifier ? Il est bien sûr difficile de tracer précisément ces « fractures » (ou ces marges) inédites. Le passage d’un territoire à l’autre n’est jamais vraiment incisif. Il faut pourtant faire des choix que la nécessaire simplification de la carte rend injustes. C’est un exercice entre la carte thématique et la chorématique qui s’émancipe de la précision géographique.

Par exemple, au sein des territoires en guerre, se trouvent certains espaces qui échappent à ces conflits. Pour une lecture globale de la carte — à l’échelle du continent — on sacrifie la justesse régionale. Écrire qu’il existe une « diagonale des guerres » en Afrique est une chose, la dessiner en est une autre. Il faut pourtant, sur le dessin, souder les espaces entre eux et s’assurer de la continuité territoriale. La carte est ici une « interprétation revisitée » de la pensée d’un auteur.

Pour rendre compte du modèle suggéré par Achille Mbembe, il faut prendre le risque d’élaborer une légende hyper-subjective. « Territoire pillé » plutôt que « territoire riche en minerais et pétrole » renseigne d’emblée les lecteurs sur les positions des concepteurs.

Par ailleurs, sa complexité ne permettait pas d’en faire une représentation complète. L’intensité des relations et des échanges entre les différentes régions, paramètre important souvent sous-estimé, ne pouvaient figurer sur cette carte sans la rendre illisible. Ce thème doit faire l’objet d’une carte complémentaire, qui montre une Afrique dynamique où s’organisent des réseaux foisonnants et complexes.

Ce sont les limites de la représentation graphique : les éléments, trop nombreux, en se superposant, se dissimulent les uns les autres. La représentation partielle de l’information a aussi un effet réducteur : ici, les espaces cosmopolites de l’Afrique sont certainement plus nombreux que ceux signalés sur la carte.

Une décennie plus tard, nous avons mis à jour cette « vision cartographique » de l’Afrique pour rendre compte des profonds bouleversements en cours sur le continent. La « diagonale des conflits » s’est déplacée vers le nord et la zone de forte turbulence s’étend désormais sur une large bande allant de l’Afrique de l’Ouest à la Corne.

Ensuite, l’émergence des révoltes arabes (la carte date de fin 2012) permet d’identifier de nouvelles territorialités, mais qui ne prennent pas encore en compte les tentations autoritaires — comme en Égypte — et les situations de chaos et de guerre — comme en Libye, mais aussi en Syrie et au Yémen — désormais étroitement lié au continent africain par le développement du mouvement djihadiste international (lire ou relire « Terrorisme, insurrection ou résistance : cartographier et nommer « l’internationale djihadiste ». ce sera l’objet d’une future troisième version qu’il faudra nécessairement élargir aux pays situés aux marge de l’Afrique.

JPEG - 1.5 Mo
Mise à jour 2012 de la carte « Géopolitique africaine alternative »
Philippe Rekacewicz, 2012