Collection cartographique

5 novembre 2015

 
Titre : Cartographier la guerre
Mots-clés : #Guerre #Conflits #Frontières #Russie #États-Unis #Grandes_puissances #Armement #Méthodologie
apparition(s) : Cette carte a été présentée à la conférence planetary Security à La Haye aux Pays-Bas (2-3 novembre 2015).
Auteur : Philippe Rekacewicz
Date : 2013, mise à jour en 2015.
JPEG - 1.7 Mo

Voici une première carte d’un ensemble qu’on aurait pu appeler « Guerres et paix » si le thème n’était pas aussi tragique.

Cartographier la Guerre

Dans cette vision, on cartographie l’extension géographique de la guerre et de la violence. À cette image se superpose la carte des « outils de la guerre » (à venir bientôt sur visionscarto.net), c’est-à-dire la géographie de la production, de l’exportation et de l’importation des armements conventionnels. Nous avons déjà publié la représentation des « effets de la guerre », c’est à dire principalement la « production » de réfugiés. Il manquerait une carte de la mortalité liée à la violence, sans doute très difficile à établir puisque les chiffres n’existent pas ou sont peu crédibles, mais il faudrait essayer.

Le deuxième volet de cet ensemble, ce sera la cartographie de la paix et des espoirs de paix, une géographie de ce que tentent la communauté internationale, les États, les grandes ONG ou parfois simplement des initiatives locales pour faire « cesser la guerre » (opérations de maintien de la paix des Nations unies, de l’Union européenne, de l’Union africaine, initiatives bilatérales, nationales, locales, etc.).

Enfin, je voudrais rappeler que cartographier la guerre est un exercice difficile et risqué. Depuis une vingtaine d’années, nous avons essayé de donner une image globale du monde en guerre, en proposant des regroupements, des typologies basées sur l’intensité, le nombre de morts, l’importance de l’engagement international, l’extension géographique, voir même l’importance de la couverture médiatique.

Mais à chaque fois, nous nous sommes heurtés à la complexité de situations conflictuelles très variées, que nous avons (souvent maladroitement) regroupées en « types de conflits », avec, toujours, cette insatisfaction de ne pouvoir le faire comme nous le voulions, avec cette impression de regrouper dans une même catégorie des situations fort différentes, mais nous ne trouvions pas vraiment le moyen faire mieux.

On a donc publié ces cartes à chaque fois un peu comme un « rapport d’étape » en espérant pouvoir imaginer, plus tard, des solutions mieux adaptés, permettant d’avoir une vision plus conforme de ce monde en guerre. C’est dans cet esprit que nous publions aujourd’hui cette carte.

Cette carte figure la distribution géographique des « acteurs » de la guerre, ceux qui sont sur la scène — et c’est géographiquement très concentré. À la fin des années 1970, l’orientaliste Bernard Lewis avait identifié un « arc des crises », lequel allait de l’Éthiopie à l’Iran (voir « Cartographier et nommer “l’internationale djihadiste” »). On voit qu’en 2015 ce concept est toujours pertinent, et s’étend même au-delà de l’emprise qu’il avait à l’époque.

Sur la carte figurent aussi des acteurs extérieurs, les « puissances » qui interviennent dans des pays souvent situés très loin de leurs frontières.

Certaines institutions publient des listes typologiques de conflits ou des cartes ; pour ne citer que les principales :
- International Institute for Strategic Studies (IISS)
- Peace Research Institute Oslo (PRIO)
- [Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI)
- International Crisis Group (ICG)

#ressources_pédagogiques

Toutes les versions de cet article : [English] [français]